Claude Régy - La brûlure du monde

Le projet de film d'Alexandre Barry m'intéresse Parce que les tentatives faites jusqu'à ce jour pour rendre compte de la particularité de mon travail ne me semblent pas très convaincantes, Parce que les films réalisés par Alexandre Barry sur Erland Josephson ou Liv Ullmann ne reposent que sur du vivant (aucune citation de documents déjà filmés) et font apparaître une complicité sensible entre deux êtres, entre deux générations, Parce que Alexandre Barry ayant été mon assistant pour toutes les mises en scène que j'ai réalisées ces huit dernières années a de toute évidence acquis une connaissance approfondie de la personne et du travail.
Enfin parce qu'il choisit de situer les entretiens dans un dispositif exemplaire des espaces que nécessite mon travail : 400 m2 de vide, 4 murs, un plafond, lieu unique où se tiennent les acteurs (en l'occurrence une seule actrice) et le public. Aucune séparation, aucune décoration. C'est comme un lieu excavé ou la réflexion lucide et la méditation (assez proche du rêve) seraient rendues possibles parc l'aridité, la nudité, le silence d'un temple, c'est à dire d'un vide. Les auditeurs-spectateurs se trouvent au milieu du texte, à l'intérieur du texte. Et c'est d'intériorité qu'il s'agit entre eux et l'actrice.
Cette salle comporte quatre gradins légers de deux rangs seulement répartis sans parallélisme de façon quadri-frontale et n'obstruant pas l'espace. Ce volume abstrait sera reconstruit dans le volume entier de la salle Gabily du Théâtre National de Bretagne à Rennes, salle conçue, il y a quelques années, comme salle de répétitions.
Il sera rendu évident que l'on élève du plein que pour créer du vide . Ce lieu fermé de murs recevra la lumière de façon uniquement centrale et zénithale. Il deviendra clair, selon que l'actrice se rapprochera ou s'éloignera du centre, qu'il n'y a aucune réalité stable, mais au contraire une réalité changeante et qui dépend de celui qui l'observe autant que du moment de l'observation ; Dans ce cas précis, elle dépendra surtout de la position de l'actrice par rapport à la source lumineuse (assez semblable au soleil). On se convaincra qu'il y a plusieurs niveaux de réel, et non pas une réalité unique et extérieure à nous.
CR

Extrait

Fiche technique

Claude Régy - La brûlure du monde

Documentaire 52' VOSTF
Scénario & réalisation Alexandre Barry
Avec Claude Régy, Valérie Dréville
Son Yves Coméliau Images : Frédéric Bonnet - ?ric Pinatel
Montage : Frédéric Bonnet
Mixage : Nicolas Guadano
Produit par LOCAL FILMS ?? 2005
le DVD de Claude Régy ?? La Brûlure du monde est disponible aux éditions Les solitaires intempestifs.